Membres de l'entourage

Votre participation augmente la persistance au traitement de votre jeune et favorise un meilleur succès thérapeutique en cas de consommation de drogue ou d’alcool chez les jeunes.

FAQ

Q. Comment savoir si je recevrai un bon service?
R. Le Havre du Fjord a un comité de gestion des insatisfactions et de la qualité des services qui s’inscrit dans un processus d’amélioration continue des services. Les représentants du conseil d’administration exercent par consensus un encadrement sur la gestion des insatisfactions et de la qualité afin que soit assuré un traitement juste et équitable à notre clientèle. La qualité de nos services et votre satisfaction nous tiennent à cœur!

Toute personne qui utilise les services peut formuler une insatisfaction directement auprès du comité des insatisfactions et de la qualité des services de l'organisme. Une insatisfaction est un état de frustration ou de déception lorsque la satisfaction obtenue n’est pas à la hauteur de celle escomptée L’insatisfaction peut être portée par écrit ou verbalement, et adressée au comité des insatisfactions et de la qualité des services de l'organisme à comitegestion@havredufjord.com.
 

De plus, la loi reconnaît à une personne utilisant les services d’une ressource en toxicomanie ou en jeu pathologique le droit de porter plainte si elle est insatisfaite des services qu’elle a reçus. Une plainte est lorsque je crois avoir été victime d’une injustice ou d’un préjudice. La plainte peut être portée par écrit ou verbalement, et adressée au commissaire régional aux plaintes et à la qualité des services. Composer le numéro sans frais de Services Québec : 1-877-644-4545

Q. Quels sont les types de consommateurs?
R. Compte tenu que les jeunes n'entretiennent pas tous une relation problématique avec les substances auxquelles ils s'adonnent, nous proposons une typologie comprenant les catégories d'utilisateurs qui recouvre l'ensemble du phénomène de la consommation chez les jeunes.
Nous croyons qu'il importe de faire des distinctions très nettes entre les différents types de consommateurs afin d'intervenir adéquatement.

  • L'abstinent (15%) :
    L'abstinent est celui qui n'a jamais consommé de drogue ou qui a cessé de le faire.
     
  • L'explorateur (85%) :
    L'explorateur est celui qui consomme plus ou moins fréquemment à une période donnée ou à une étape précise de sa vie pour faire comme les au jeus, par curiosité.
     
  • Le consommateur occasionnel (60%) :
    Le consommateur occasionnel est celui qui consomme pour la première fois ou en de rares situations ponctuelles et bien précises (quelquefois annuellement) un psychotrope. De ce fait, ce type de consommateur s'expose à connaître parfois des abus ponctuels importants dus à son inexpérience dans la consommation du psychotrope en question. Il ne connaît pas, par définition, les abus d'habitude.
     
  • Le consommateur régulier (20%) :
    Le consommateur régulier est celui qui consomme selon un rythme précis (à chaque mois, à chaque deux semaines ou chaque semaine). Ce type de consommateur s'expose à de faibles abus ponctuels et d'habitude étant donné son expérience et son contrôle de la consommation du psychotrope en question.
     
  • Le consommateur abusif (5%) :
    Le consommateur abusif est celui qui, indépendamment de la fréquence de ses consommations, tend à faire usage des drogues de façon incontrôlée, soit en absorbant de grandes quantités ou encore en mélangeant inconsidérément diverses substances; outre le manque d'informations, ce genre de comportement témoigne souvent d'un besoin de relâchement, de défoulement ou d'exutoire du jeune face à son contexte de vie.
     
  • Le surconsommateur (5%):
    Le surconsommateur est celui qui consomme plusieurs fois par semaine un psychotrope. Ce type de consommateur s'expose à connaître d'importants abus ponctuels et d'habitude.

N.B. : 5% pour le total des deux catégories : surconsommateur et abusif.

Source : BRISSON Pierre, L'Usage des drogues et la toxicomanie, page 258-259


Q. Quels sont les facteurs de risque et de protection?
R. L'adolescence est une période de vie qui s'accompagne de nombreuses transformations aux plans biologique, social, psychologique et intellectuel (Vulgaris-médical).  Cette période peut être fortement influencée par les variables sociales.
Durant cette période plusieurs adolescent vont  faire l'expérimentation de l'alcool et/ou des drogues et vont cesser relativement rapidement, certains vont en consommer à l'occasion et quelques adolescents vont en faire un usage abusif ou développer une dépendance tel que défini dans le DSM-IV (Américain Psychiatric Association, 2003),

Plusieurs études à ce jour nous permettent de mieux comprendre ce qui rend un adolescent plus susceptible de développer des problèmes d'usage d'alcool ou de drogues.  Nous savons maintenant qu'il y a des facteurs de risque publié par Hawkins et collab (1992), qui augmente la probabilité de l'apparition d'un problème chez un individu et qu'il y a des facteurs de protections (offord,Boyle et Racine, 1989)  qui aident à les protéger de ces problèmes.  Plus il y a de facteurs de risque dans la vie d'un adolescent, plus il y a de risque.
 

Facteurs de risques liés à l'usage d'alcool et au jeus drogues chez les adolescents et les jeunes adultes


Facteurs liés à l'école

  • Problèmes académiques
  • Peu d'engagement ou d'appartenance à l'école
  • norme en matière de consommation qui reflète une tolérance ou une permissivité.  
     

Facteurs liés à des comportements problématiques

  • l'âge du début de la consommation
  • liens avec les pairs consommateurs
  • problèmes de comportements persistants et précoces
  • aliénation et rébellion contre l'autorité, comportement délinquant
     

Facteurs contextuels

  • Taxation
  • Lois, normes et accessibilité
  • normes culturelles
  • situation économique  
     

Facteurs liés à la famille

  • Conflit familiaux
  • pratique d'éducation inconsistantes
  • peu d'attachement parental
  • situation économique

 

Facteurs de protections agissant en contrepartie des facteurs de risque et aidant les jeunes à surmonter les effets négatifs de ces derniers

Facteurs liés à l'engagement

  • communautaire
  • scolaire
  • familial
  • implication du père dans l'éducation


Facteur liés aux caractéristiques individuelles

  • Confiance et estime de soi
  • Valeurs et normes morales
  • tempérament résiliant (déf. Bas de page)
  • Sociabilité

 

Le fait qu'un adolescent est en difficulté face à sa consommation, qu'il met sa vie et/ou son développement en danger et que ses sphères de vie sont atteintes (famille, école, ami/loisirs) exige le travail d'une équipe multidisciplinaire concertée autour d'un  plan d'intervention.
Le traitement a un volet familial établit en fonction de l'âge et du stade de développement de l'adolescent ce qui favorise une meilleure cohésion des interventions. 

Pour ce faire, nos actions sont fondées sur des collaborations harmonieuses avec l'ensemble des partenaires impliqués.   
 
Motifs de consommation rapportés par des jeunes

  • Les jeunes boivent pour des raisons sociales, pour célébrer, pour se sentir moins timides, pour oublier leurs problèmes et se sentir bien.
  • Ils disent consommer des drogues simplement pour essayer, par curiosité, pour relaxer, pour passer le temps, parce que la famille ou les amis consomment, pour diminuer le stress et la douleur.
  • Ils consomment des drogues de synthèses simplement pour en faire l'expérience, pour avoir du plaisir avec leurs amis, pour leurs propriétés stimulantes.

 Données tirées de L'usage de substance psychoactives chez les jeunes Québecois, conséquences et facteurs associés, institut de la statistique du Québec


Q. Quels sont les symptômes de la consommation?
R.  Nous pouvons penser qu'il y a présence d'une problématique de dépendance ou d'usage abusif de drogue ou d'alcool lorsqu'il y a, sur une période de douze mois consécutifs, la présence d'un de ces symptômes pour un usage abusif et d'au moins trois pour la dépendance.

Usage abusif

  • Incapacité à remplir des obligations importantes au travail, dans le cadre de ses responsabilités parentales, à l'école ou à la maison;
  • Conduites dangereuses sous l'effet de l'alcool ou de drogues;
  • Problèmes juridiques liés à l'utilisation de l'alcool ou de drogues;
  • Problèmes personnels ou sociaux, persistants ou récurrents, causés ou amplifiés par l'utilisation d'alcool ou de drogues.
     

Dépendance

  • Impossibilité de résister au besoin de consommer;
  • Incapacité d'arrêter ou de réduire sa consommation;
  • Signe de tolérance: besoin d'augmenter sa consommation pour obtenir le même effet;
  • Signes de sevrage à l'arrêt ou à la diminution de la consommation: tremblements, sueurs, nausées, anxiété, etc.;
  • Beaucoup de temps consacré à se procurer l'alcool ou les drogues;
  • Abandon ou réduction des activités sociales ou professionnelles en raison de la consommation d'alcool ou de drogues;
  • Poursuite de la consommation même si la personne sait qu'elle a un problème physique ou psychologique persistant ou récurrent causé ou aggravé par la substance intoxicante.

Données tirées de l'usage de substances psychoactives chez les jeunes Québecois, conséquences et facteurs associés, institut de la statistique du Québec.